Conversation avec Quentin Keller

"J'ai grandi dans un petit village de Haute-Savoie qui s'appelle Chatel. C'est un village qui fait partie des Portes du Soleil. L'un des plus grands domaines skiables au monde. En grandissant dans un environnement pareil j'ai passé la plupart de mon enfance  à l'extérieur, du ski l'hiver et des activités d'outdoor l'été. J'ai intégré le ski club du village jeune, petit à petit tout est devenu de plus en plus sérieux, plus d'entrainement,  physique ou technique, plus de stage d'été sur glacier, mais surtout plus de pression et moins de fun. L'année de mes 18 ans, alors que j'étais en sport étude, j'ai décidé de tout arrêter. J'étais arrivé à un point où je ne prenais plus de plaisir sur les skis, et c'est le plus important finalement.

 

J'ai toujours bricoler à droite à gauche avec mon beau-père quand j'étais jeune. Alors j'ai décidé de me former en menuiserie puis  j'ai vite réalisé qu'au final, peu importe l'endroit, il y a toujours du travail en construction, il y a toujours des possibilités, des opportunités et à la fin de la journée c'est plutôt gratifiant de participer à construire un avenir aux autres.

Puis j'ai eu le sentiment qu'il était grand temps pour moi de quitter mon petit village et de partir voyager. Je suis parti pour l'Australie. Un rêve de gosses et un voyage qui devait durer 6 mois s'est transformé en plus de 3 ans. Je suis tombé amoureux du pays mais j'ai surtout confirmé ma soif d'aventure.

J'ai toujours naturellement été attiré par ce mode de vie nomade. Le voyage, l'itinérance, les rencontres. Déjà tout petit j'adorais l'univers hippie, la vie en van et tout ce qui allait avec. Je suis devenu super fan de Bob Dylan je devais même pas avoir 10 ans. Je pense que j'ai toujours eu ce petit côté aventurier en moi. Plus jeune et encore aujourd'hui Into The Wild  m'inspire, je m'identifie à l'histoire, l'univers, le personnage, la bande orignal, tout est parfait!

Ce mode de vie est pas facile tout les jours, mais le plus important au final c'est d'être épanouie, heureux et de se sentir complet, fiers de qui on est et de ce qu'on entreprend. J'essaye de garder un bon équilibre entre voyages et projets pros mais quand la neige fond, je dépose toutes mes affaires dans le garage de la mama et j'emménage dans le van avec toutes mes affaires de surf. À partir de ce moment là c'est full liberté! J'ai un peu d'argent de coté et je dépense que très peu car je ne paye plus de loyer. J'ai plus qu'à aller à l'endroit qui me fait rêver. En général c'est un endroit avec de bonnes vagues, de beaux paysages et une bonne vibe.  Je suis super reconnaissant d'avoir réaliser jeune ce que je voulais faire, je réalise de plus en plus que c'est une grande chance. "

Qu'aimerais-tu dire aux personnes qui envient ton mode de vie mais qui n'osent pas faire le pas ?

"Cela va dépendre de la ou des raisons pour laquelle ils n'osent pas le faire. En soit je pense pas que ça soit une vie faite pour toute le monde. Pour voyager tout seul comme je le fais je pense qu'il faut être d'une nature plutôt débrouillarde et sociable. Après je pense que c'est très important d'avoir confiance en soit et de pas se sous estimer. Et même si cela va surement paraitre très cliché, quand on veut on peut. Donc je suis certain que si quelqu'un qui veut vraiment essayer, avec les bonnes intentions il y arrivera, c'est sûr. Au final, c'est toujours les plus grosses galères qui font les meilleurs souvenirs. Et c'est aussi de nos erreurs qu'on apprend le plus donc finalement on a jamais grand chose à perdre. Ce sont des expériences qui peuvent changer une vie à jamais. Ça serait dommage de vivre avec des regrets."

Quel voyage t'as le plus marqué et pourquoi ?

"L'Australie sans hésitation. Pourquoi? Surement parce que c'était vraiment mon premier voyage tout seul et loin de la maison. Je n'avais que 19 ans, je ne connaissait personne sur place, je ne parlais quasiment aucun Anglais et je n'avais que très peu d'économie. Une fois le billet d'avion payé il ne me restait plus qu’une somme ridicule pour un voyage qui devait durer 6 mois. Dit comme ça on pourrait croire que c'était un voyage voué a l'échec. Mais d'une certaine façon bien au contraire. Ça restera toujours le trip qui à changé ma vie à jamais. Il m'a vraiment permit de me redécouvrir seul. Loin de l'influence que la famille ou que certains proches peuvent avoir sur nous. J'étais bien loin de réaliser ou de comprendre l'impact que pouvait avoir un tel voyage sur ma vie à l'époque. J'étais juste un jeune complètement innocent avec des étoiles pleins les yeux. J'ai fais énormément d'erreurs et j'ai eu pleins de galères mais c'est ce qui m'a permis d'apprendre énormément. J'ai aussi fais des rencontres incroyables. Ce sont d'ailleurs ces rencontres et la richesse naturelle que propose l'Australie qui m'ont poussé à voyager plus de 3 ans. Je pense que je suis revenu vraiment different de ce voyage. Il m'a ouvert les yeux sur beaucoup de choses que je n'aurais surement jamais réalisé en restant dans ma zone de confort.

C'est d'ailleurs là-bas que je suis tombé sous le charme du couvre-chef. C'est très à la mode là-bas et c'est surtout un super accessoire pour se protéger du soleil.  À mon retour, la rencontre avec la team de Milo Hats m'a renvoyé dans l'univers côtier, chapeauté de là-bas. Je suis ravi de pouvoir suivre cette aventure, ils m'accompagnent, me protègent du soleil, et tout ça avec style, alors chapeau ;)  "

Quelles sont tes sources d'inspirations ? Comment arrives-tu à rester créatif ?

"Les gens que je rencontre dans la vie de tout les jours sont mes sources d'inspirations. Je trouve que chaque individu à une histoire à raconter et une vision de la vie tellement différente, c'est quelque chose que trouve très intéressant et passionnant. C'est aussi pour ça que j'adore voyager. Ça me permet de rencontrer pleins de nouvelles personnalités. J'aime aussi beaucoup écrire dans mon journal. Ça me permet d'avoir une sorte de reflet sur ma vie et c'est aussi quelque chose de très marrant à relire avec le recul. La musique est aussi quelque chose qui m'inspire énormément. J'ai toujours de la musique qui m'accompagne partout où je vais."

Mon artiste préféré

Ma destination rêvée

Un livre que je vous conseille

Neil Young

J-Bay

(Afrique du Sud)

"The life of Michael Peterson"

de Sean Dorothy